... partout et tout le temps

Faire des recherches généalogiques, c'est comme mener une enquête policière : chaque indice permet de progresser un peu plus.
Pour bien démarrer, il est primordial de fouiller tout autour de soi, à la recherche de tout souvenir encore en mémoire auprès d'un membre de sa famille, de tout objet qui aurait pu être transmis de génération en génération, de toute lettre qui aurait été envoyée par un aïeul. Toute photo de famille, un tant soi peu ancienne, peut éveiller des souvenirs et permettre d'identifier des individus ou de les supposer. Fouiller les cimetières ou tout simplement examiner les caveaux familiaux avec les noms et dates de naissance et de décès, même quand elles sont limitées aux années, ajoute des informations non négligeables pour bien démarrer son enquête. Tous ces premiers indices permettent de dresser une première esquisse de son arbre.
Armé de ces éléments initiaux, on peut commencer à fouiller les Archives et toutes ses collections diverses et variées riches en informations sur des évènements de vie ou sur l'environnement de nos ancêtres, en bougeant aux Archives et en s'ouvrant sur de multiples sources.
C'est alors qu'on peut parcourir des tables décennales, compulser des registres, lire des documents, déchiffrer des actes.
Telle une taupe qui farfouille dans tous les recoins, on cherche l'information qui manque, celle qui permettra de progresser d'une génération, de comprendre le détail qui échappe, ... Optimiste, on explore des pistes, pour finalement se rendre compte que ce n'était pas la bonne (mais ne pas avoir de résultat concluant constitue en soi une piste intéressante : l'information n'est pas là, donc elle est ailleurs !).

Et puis bien vite le virus nous prend, on est pris de la frénésie d'en savoir toujours plus, on fouille, on fouille, on fouille... et on finit par trouver un trésor !


Retrouvez tous mes billets du challenge AZ 2014.

Article écrit par Chantal, le 6 juin 2014

Blog Comments Powered by Disqus

Article suivant Article Précédent