Comment un pari osé permet au logiciel libre d'avoir son stand au salon national de généalogie

Prenez des généalogistes informaticiens passionnés et investis dans un logiciel libre de généalogie, une plate-forme participative, et 82 donateurs. Secouez le tout pendant 2 mois. Et l'équipe de développement d'Ancestris part pour le prochain salon de généalogie à Poitiers !
Après m'être demandée en avril si le financement participatif permettrait à Ancetris d'être présent au salon, retour sur cette aventure avec Yannick Voyeaud à l'initiative de ce pari un peu fou, mais réussi avec brio !

Yannick Voyeaud

 

Yannick, comment t'es venue l'idée de présenter Ancestris au salon de la généalogie ?

Depuis plusieurs années déjà, je présente Ancestris avec Jean aux Journées du Logiciel libre qui se déroulent à Lyon, la dernière édition ayant eu lieu en mars. La première année, François nous avait fait le plaisir d'intervenir lors d'un atelier. Lors de ces journées, nous faisons une démonstration du logiciel, les visiteurs qui cherchent un outil de généalogie sont très intéressés. Et puis l'année dernière, lors de l'AG d'un cercle de généalogie à La Rochelle, nous avons parlé du salon à Poitiers. C'est à ce moment que l'idée à germé dans mon esprit. Mais nous avions un obstacle de taille : nous n'avions pas d'argent. Entre les tarifs pour avoir un stand (650 €) et les frais d'hébergement et de transport pour les 3-4 exposants pendant trois jours, on arrivait vite à 1400 €, sans compter d'autres frais annexes (impression de documentation, location de salle pour une démo, ...). Je n'acceptais pas non plus que notre logiciel soit reconnu par une communauté libriste avertie, mais pas par la communauté à qui s'adressait directement Ancestris : les généalogistes ! Je me suis dit qu'il fallait trouver une solution, et c'est là que j'ai fait le pari de me tourner vers le financement participatif.

Tu t'es alors tourné vers Ulule ?

Je ne connaissais pas cette plate-forme, mais j'en avais entendu parler par l'ALDIL (association lyonnaise de développement du logiciel libre) et je les avais rencontrés lors d'un salon à Lyon. Après les avoir contactés, tout s'est passé à la fois très vite mais tout en douceur : la mise en place du projet, la recherche des contreparties (nous n'avons rien à vendre, donc rien à donner), le graphisme, le texte de la promotion du projet, ont pris un peu plus d'une semaine. C'est à ce moment que Charles HERVIS de la Revue française de généalogie (RFG) nous a proposé 30 arbres généalogiques à offrir en contrepartie des dons. Lorsque le projet a été validé par Ulule, il restait encore de nombreuses incertitudes ! Il fallait atteindre 5 donateurs en moins d'une semaine. Selon Ulule, plus vite le plafond des 30% serait atteint, plus il y aurait de contributeurs. La partie n'était pas gagnée d'avance.

Alors comment as-tu fait connaître le projet ?

J'ai ouvert la collecte le 24 mars en fin d'après-midi et j'ai averti la liste Ancestris aussitôt. Nous avions un peu plus de deux mois pour atteindre 1600 €. J'ai également relayé l'appel sur les listes de logiciels libres que je fréquente, et, quelques jours plus tard, sur les listes de discussions généalogiques, sur Facebook et sur Twitter. L'appel a été vu et repris un peu partout sur la toile, avec notamment l'article d'Eric, un utilisateur qui présente les principales fonctionnalités d'Ancestris.

Comment s'est passée la collecte ?

Lorsque j'ai vu les premiers dons arriver, et surtout que les fameux 30% ont été atteints en 4 jours, j'étais vraiment très heureux mais aussi très surpris ! Ensuite, j'ai attendu et surveillé la barre mythique des 1 000 €. Ce n'est qu'à ce moment que j'ai commencé à y croire sérieusement.
Mais j'ai craint l'échec en voyant les dons stagner à partir du 15 avril. C'est à ce moment que Guillaume de MORANT a fait son article sur le site de la RFG : Aidez Ancestris à venir au Congrès de Poitiers !, et boum, c'est reparti ! Il y a eu aussi ce don de 100€ d'une personne que j'avais côtoyée lors d'un autre projet fou (redonner son identité à un soldat de 14). Après les 1 000 €, ce sont les 1 500 € que j'ai guettés, car là je savais que nous ne pouvions plus échouer.
Et la barre des 1 600 € a été franchie le 7 mai ! Je ne peux te dire ce que j'ai ressenti tellement ce fut fort ! J'étais excité comme un enfant qui ouvre des cadeaux ! J'étais fier d'avoir réussi, fier de permettre à Ancestris de montrer son existence, et de dire qu'il n'y a pas que deux logiciels de généalogie en France... Finalement, nous avons atteint la somme de 2 025 € ! Tous les dons que nous avons reçus, et les différents contributeurs qui m'ont remercié de leur avoir donné une possibilité d'aider Ancestris, font vraiment chaud au coeur !

Maintenant, il ne vous reste plus qu'à préparer vos valises ?

Non, on a encore beaucoup de travail ! Dans un premier temps, il faut finaliser les plaquettes préparées spécialement pour l'occasion. Marie-Jo, une copine de l'ALDIL, nous propose d'en faire faire l'impression et elle cherche des partenaires. Maintenant que nous avons prévenu la RFG de façon officielle qu'Ancestris sera bien à Poitiers, il est important de continuer d'informer les donateurs : tout ne s'arrête pas le 31 mai, fin de la collecte, mais seulement le 10 octobre, quand nous serons rentrés chez nous après avoir vécu une expérience formidable !
Il faut aussi valider les réservations du stand et de l'hôtel, réserver une salle pour faire une démonstration, organiser la logistique, lancer des invitations vers notre presse et vers les milieux libristes. Et il faudra penser communication pendant et après le salon, pour remercier tous ceux qui nous aurons aidés financièrement et matériellement.

A 4 mois du salon, toute l'équipe est déjà prête à relever le défi ?

L'équipe de développement était tenue informée de l'évolution de la collecte quasiment au jour le jour, ils ont pu voir monter les chiffres à la fois avec joie mais aussi une certaine inquiétude... Je sais que mon initiative met la pression sur Daniel et Frédéric, les principaux développeurs d'Ancestris. La pression pèse encore plus lourdement sur François qui pilote l'évolution du logiciel et qui l'a tenu pendant très longtemps à bout de bras.
Je sais que cela va être une première pour la majorité de l'équipe : se vendre pendant 3 jours entiers face à des généalogistes qui savent de quoi ils parlent n'est pas forcément ce que nous savons le plus faire... Mais j'espère que ce sera une expérience positive et inoubliable pour chacun d'entre nous. Nous souhaitons aussi surtout que cela permette à Ancestris d'avoir de nouveaux utilisateurs, et échanger avec la communauté généalogique pour toujours améliorer notre logiciel !
Et puis si tout se passe bien, pourquoi ne pas envisager le prochain salon, en 2017 au Havre ?!...


Sources :

  • image d'illustration : Ulule
  • photo et témoignage : Yannick Voyeaud

Article écrit par Chantal, le 1 juin 2015

Blog Comments powered by Disqus.

Article suivant Article Précédent