Lors des journées du logiciel libre qui se sont déroulées le week-end du 2 et 3 avril à Lyon, je me suis rendue au stand d'Ancestris ainsi qu'à la présentation faite en petit comité pendant près d'1 heure 30. J'ai ainsi pu rencontrer Yannick et Jeannot, qui tenaient le stand, et revoir Briqueloup, qui venait découvrir le logiciel.

De longs échanges avec Yannick et Jeannot sur notre façon d'utiliser le logiciel m'ont permis d'en (re)découvrir des fonctionnalités (la possibilité d’attribuer plusieurs graphies au patronyme d'un même individu, le module relevés avec sa fenêtre de copie de l'acte, l'insertion des objets multimédias, ...).

Fenêtre relevés

Le module relevés, avec sa fenêtre de copie de l'acte, et celle de saisie des données.
(source : Documentation d'Ancestris : Manuel B-A BA Relevés)

Mais nos échanges ont surtout porté sur la méthodologie du généalogiste dans son utilisation d'un logiciel de généalogie, à la fois du fait des multiples possibilités d'Ancestris qui permettent à son utilisateur de faire une même chose de différentes façons, mais aussi et surtout sur la façon de raisonner pour travailler et notamment saisir ses données.
Ainsi par exemple, l’éternelle question des sources (faut-il considérer qu'une source est un acte d'état civil, un registre, tous les registres d'une commune, ... ?) est revenue dans la discussion, où chacun avait sa vision des choses, et où chacun avait conscience des avantages et des inconvénients de sa solution.
Toujours concernant les sources, nous nous sommes interrogés sur la pertinence de sourcer chaque information, ou simplement les principales (par exemple, à partir d'un acte de naissance : date et lieu d'un événement, mais aussi profession, lieu d'habitation des parents, ...). Là encore, nous avons pu constater des différences entre le plus perfectionniste qui relie chaque information à la source, et celui qui va à l'essentiel en ayant ces informations simplement dans une note indiquant la source. Dans tous les cas, nous en sommes arrivés à la conclusion qu'Ancestris respectant la norme Gedcom, si les deux actions étaient possibles, le plus important était à l'utilisateur de choisir la méthode qui lui convenait le mieux et de s'y tenir dans l'ensemble de sa généalogie.

Une présentation du logiciel a ensuite été faite en atelier par Jeannot, devant quelques personnes qui ne connaissaient pas le logiciel (et d'autres qui se sont rajoutées, parce qu'on a toujours quelque chose à apprendre de ce genre de présentation !).
Présentation

Présentation d'Ancestris par Jeannot.
(source : ©Scribavita)

Nous avons pu avoir un aperçu des multiples fonctionnalités d'Ancestris, telles que ses différentes fenêtres pour la saisie des données (de la fenêtre la plus intuitive pour le néophyte, à la fenêtre élaborée pour celui qui manie la norme Gedcom), et de plusieurs de ses modules (vue géographique et gestion des lieux, chronologies, types de présentation des arbres, ...).

Vue géographique

Vue géographique.
(source : copie d'écran d'Ancestris ©Scribavita)

Vue chronologique

Vue chronologique. Cliquer pour zoomer.
(source : copie d'écran d'Ancestris ©Scribavita)

Dommage toutefois que le portable à disposition n'autorisait pas l'écriture, ne permettant pas toujours à Jeannot d'aller jusqu'au bout de la démarche.
J'espère que cet aperçu aura donné envie aux non-utilisateurs de se lancer et de profiter de toute la puissance d'Ancestris et de ses divers avantages, même si de l'avis de Briqueloup qui utilise déjà d'autres logiciels, se lancer dans l'apprentissage d'un nouvel outil peut être un peu rebutant. N'oublions toutefois pas que la communauté d'Ancestris est très active, et qu'on trouve toujours réponse à ses questions ou suggestions d'amélioration via la communauté d'Ancestris, que ce soit le forum ou la liste de discussion.

Finalement, je suis très contente d'avoir fait le déplacement ! J'ai pu rencontrer deux membres actifs de l'équipe d'Ancestris que j'avais interviewés l'année dernière par courriel sans les avoir jamais rencontrés (et même sans les connaître alors), et revoir Marie-Hélène alias Briqueloup. J'ai pu découvrir de nouvelles fonctionnalités du logiciel que je connais encore trop peu. Mais surtout, avoir échangé de visu avec d'autres utilisateurs va me permettre de me reposer des questions quant à ma façon de saisir mes données... Je sais qu'il n'y a pas de réponse unique (et heureusement !), mais nos échanges constituent une bonne amorce pour mener une réflexion sur la façon de sourcer mes saisies, afin de trouver le meilleur compromis entre optimisation du temps de saisie et intérêt de la réutilisabilité des données sourcées.
A quand des clubs utilisateurs d'Ancestris pour des échanges de visu, toujours plus fructueux que les échanges dématérialisés ?

Article écrit par Chantal, le 10 avril 2016

Blog Comments powered by Disqus.

Article suivant Article Précédent