... mais pas trop

Quand on se lance dans des recherches généalogiques, on est souvent impatient de trouver réponses à ses questions : comment s'appelaient mes ancêtres, où ont-ils habité, ont-ils migré, pourquoi, comment les générations se sont-elles succédées, ... ? Autant de questions propres à chacun, mais auxquelles on est souvent pressé de trouver des réponses.
L'impatience et la motivation sont positives car, motrices, elles permettront d'avancer rapidement. Mais, trop présentes, elles peuvent nuire à la qualité des recherches.
Comme on l'a vu précédemment, pour bien avancer, il faut aussi savoir reculer. Classer ses documents peut sembler faire perdre du temps au début, mais permet finalement d'en gagner. Hésiter et faire des hypothèses est une condition sine qua non pour obtenir des résultats fiables.

Si être impatient de trouver des trésors nous fait avancer, trop l’être peut nous amener à faire des erreurs ! Alors réfrénons un peu nos ardeurs et prenons le temps de bien travailler : nous n'en rendrons que meilleur hommage à nos ancêtres qui attendent depuis des décennies voire des siècles qu'on les débusque !


Retrouvez tous mes billets du challenge AZ 2014.

Article écrit par Chantal, le 10 juin 2014

Blog Comments Powered by Disqus

Article suivant Article Précédent