J'ai donné ma première conférence !

A l'invitation de Denis-Pierre Cuche, le responsable du tout nouveau club de généalogie de Lucenay dans le Rhône, j'ai donné le 11 novembre dernier ma première conférence de généalogie.

Il s'agissait aussi de la première du club, celui-ci ayant commencé à se faire connaître en septembre dernier, lors du Forum des associations du village situé dans le Pays des Pierres dorées (ou plus largement, dans le Beaujolais). Le club est une branche de l’association Patrimonia dont les objectifs consistent à connaître et à mettre en valeur le patrimoine lucenois.
Cette conférence voulait faire connaître le club aux Lucenois et leur présenter les différentes activités envisagées. Avec Denis-Pierre dont j'avais fait la connaissance à l'occasion[1], nous avions prévu d’organiser la rencontre "Premiers pas en généalogie" en trois temps :

  • une présentation du club et de ses objectifs,
  • les b.a.-ba de la généalogie,
  • quelques conseils pour débuter concrètement, via les documents qu'on a chez soi.

Je me suis occupée de la seconde partie, la main revenant au responsable pour un préambule sur la généalogie en général, la présentation des activités envisageables au sein du club et les premières démarches à faire chez soi. Denis-Pierre est d'ailleurs très motivé pour aider les nouveaux généalogistes à organiser leurs documents personnels, chez eux !

La mairie nous avait gracieusement prêté une magnifique salle aux murs des typiques pierres... blanches[2]. Quelques publicités avaient été faites, par mails et via le journal mensuel local, mais nous n'avions pas de retour précis sur le nombre de personnes intéressées. Et à notre grande surprise, environ 25 personnes se sont déplacées !... Quand on sait que le village compte moins de 2000 habitants, une "telle" affluence fait vraiment plaisir !

Ma présentation a porté sur les principales sources que l'on peut utiliser pour faire des recherches généalogiques, expliquant que la généalogie peut consister en d'autres choses que dresser son arbre. J'ai appuyé ma présentation sur diverses illustrations toutes simples tirées des-dites sources, et aussi souvent que possible reliées à des actes ou personnages de la commune (quelques petites recherches préalables avaient donc été nécessaires et je remercie encore mes beaux-parents d'avoir pris spécialement le Monument aux morts de Lucenay en photos) : je pensais intéresser davantage mon auditoire à travers des exemples qui pouvaient le toucher plus personnellement. J'ai également présenté les principaux "pièges" dans lesquels on peut tomber ou les principales idées reçues qu'on peut avoir quand on débute, en m’appuyant cette fois sur des exemples de ma propre généalogie (j'avais déjà matière pour balayer différents cas !). J'ai terminé mon exposé par une présentation du défi Un jour un Poilu (ou plus simplement de l'indexation collaborative des Morts pour la France sur le site Mémoire des hommes), la date symbolique de la conférence choisie par Denis-Pierre s'y prêtant tout particulièrement.
Le public était très intéressé et attentif, une bonne interaction entre les participants et les intervenants ayant eu lieu tout au long de la soirée. J'ai même su par la suite qu'une dame venue alors que la généalogie ne l'intéressait pas particulièrement[3] avait été tellement emballée, qu'elle avait décidée dans la foulée de se mettre à sa généalogie, souhaitant explorer toutes les branches de son arbre !

Prêts pour les premières recherches

Ce fut pour moi une expérience très intéressante et enrichissante. Alors que je ne suis habituellement pas des plus à l'aise pour parler en public, je suis étonnée de ne jamais avoir été stressée par cette intervention. J'ai même pris beaucoup de plaisir à faire cette présentation et à interagir avec le public. Je remercie Denis-Pierre Cuche et Paul Fourrichon de l'association Patrimonia de m'avoir donné l'opportunité de faire cet exposé, et j'espère que cette première conférence à deux voix aura permis de lancer le club de généalogie sur de bons rails !


[1] Mes beaux-parents sont Lucenois et lui avaient parlé de mes compétences en généalogie lors du forum des associations
[2] Si Lucenay est situé au Pays des pierres dorées, nom qui provient des pierres calcaires de couleur jaune doré qu'on trouve de partout dans le secteur y compris les bâtiments et maisons de village, il a la particularité d'être fait de pierres blanches, un calcaire particulièrement pur ayant été extrait de la carrière lucenoise. Celle-ci s’exporta même jusqu'à Lyon avec la cathédrale Saint-Jean.
[3] Enfin bon, j'imagine quand-même un peu, sinon elle n'aurait pas fait le déplacement !

Source des illustrations : Pixabay

Article écrit par Chantal, le 28 novembre 2015

Blog Comments Powered by Disqus

Article suivant Article Précédent