... le fruit de ses recherches

Faire des recherches pour son propre plaisir, que ce soit celui des découvertes permettant d'aboutir à une meilleure connaissance de ses ancêtres, que celui de se casser la tête devant des situations parfois inextricables, sont les premiers buts du généalogiste.
Partager le suspens de ses recherches et ses découvertes peut en être un autre. La communauté généalogique est réputée pour ses échanges et son entraide, et il est déjà enrichissant d'échanger sur le fruit de son travail avec d'autres passionnés. Par le biais notamment d'arbres généalogiques publiés sur des sites Internet dédiés, on peut aussi croiser des cousins et enrichir sa base.
Il est également gratifiant de transmettre ses résultats aux membres de sa famille ou son entourage, qui, s'ils ne partagent pas notre passion pour la généalogie, partagent au moins des ancêtres communs avec nous. Certains d'entre eux ne se sentiraient pas le courage de faire des recherches, mais sont malgré tout intéressés par la vie de leurs ancêtres. Il ne sera pas compliqué de leur faire partager nos découvertes, au moins uniquement les résultats. D'autres ne sont a priori pas intéressés ni par les moyens utilisés pour aboutir aux résultats, ni par ceux-ci. Pour ceux-là, la tâche du partage se révèlera un peu plus ardue...

Dans tous les cas, il faudra trouver le bon sujet et le bon média pour transmettre le fruit de sa passion.
Que ce soit pour partager avec d'autres passionnés ou avec les membres de sa famille, on pourra bannir les listes à rallonge d'individus avec leurs dates et lieux de naissances, mariages, et décès, qui, à moins de s'adresser à un statisticien, deviendront vite soporifiques. En revanche, on pourra par exemple :

  • raconter des tranches de vie de certains ancêtres, en les situant dans leur environnement et les différents contextes dans lesquels ils ont vécus,
  • dresser un arbre généalogique d'ascendance directe ou élargi aux collatéraux,
  • mettre en scène les lieux de vie des ancêtres, notamment via les cartes postales anciennes,
  • illustrer ses propos avec des photos de ses ancêtres trouvées en interrogeant les membres de sa famille, y compris les cousins et oncles éloignés auxquels on ne pense pas spontanément,
  • organiser un voyage généalogique sur les terres de ses ancêtres, et redécouvrir leurs lieux de vie voire leur maison,
  • cartographier les migrations de ses ancêtres de génération en génération, et se rendre compte qu'une branche est toujours restée dans un même rayon de 10 kilomètres, quand une autre a traversé la France voire franchi différentes frontières,
  • expliquer des méthodes de recherches (la démarche, les sources consultées, les rebondissements, les épines et leurs résolutions, ...),
  • témoigner de découvertes particulières, notamment en les resituant dans le contexte historique de l'époque,
  • ...

On pourra utiliser différents supports :

  • un blog : accessible à tous ou en accès restreint pour les parties plus privées, Internet permet de communiquer partout et tout le temps (il faut juste avoir le temps d'écrire, et de lire...),
  • un livre : plus confidentiel, ce média peut être particulièrement valorisant si on le présente de manière esthétique,
  • une affiche plus ou moins grande selon la taille de sa base sur laquelle est imprimé son arbre : cela est particulièrement intéressant pour les cousinades, tout le monde visualisant ses ascendants facilement,
  • les sites Internet qui permettent de déposer son arbre,
  • une ligne de vie si bien proposée par Elise et son blog Auprès de nos ancêtres, réalisée sur un tableur, via une application Internet ou son logiciel de généalogie : celle-ci recense les étapes successives de vie d'un ancêtre (naissance, lieu de vie à tel âge, tel diplôme, telle profession, mariage, tel lieu d'habitation, avec qui, expédition militaire, ...),
  • une carte de migration de ses ancêtres (représentant par exemple les lieux de naissance par génération),
  • un jeu de société : un jeu l'oie où chaque case correspond à un ancêtre avec a minima ses données d'état civil, un jeu "Qui est-ce" pour découvrir un ancêtre en posant des questions (période et de lieu de vie, profession, ...) associé à un tableau recensant les caractéristiques des ancêtres à trouver,
  • ...

Partager le fruit de son travail, c'est enrichissant car cela nécessite d'approfondir ses connaissances sur nos ancêtres. C'est aussi gratifiant, car on diffuse ses connaissances à autrui en étant dans l'échange.


Retrouvez tous mes billets du challenge AZ 2014.

Article écrit par Chantal, le 18 juin 2014

Blog Comments powered by Disqus.

Article suivant Article Précédent