... ce qu'on trouve et ce qu'on cherche

Lire même entre les lignes, c'est bien, noter ce qu'on lit et ce qu'on fait, c'est mieux !
Etre attentif à tous les détails qu'on peut croiser au cours de ses recherches, même ceux qui paraissent a priori insignifiants, permet d'accumuler des informations qui pourront être utiles à un moment ou l'autre. Encore faut-il s'en rappeler ! Il est donc important de noter tous ces détails, que ce soit dans son logiciel de généalogie par exemple en commentaire relatif à un individu donné, dans un tableau aux données bien organisées, ou sur tout autre support qui convient à chacun.
Mais noter ce qu'on trouve n'est pas suffisant. Il est aussi utile de noter ce qu'on ne trouve pas, ou plus exactement, tout ce qu'on a cherché ! Quand on veut avancer sur un point donné, on explore successivement plusieurs archives. Si l'on trouve l'information cherchée dans l'endroit le plus prévisible, noter la source de l'information revient à noter le document consulté pour la trouver. En revanche, quand on est confronté à une recherche un peu plus complexe, et qu'on consulte plusieurs tables décennales d'une même commune, celles d'une commune voisine, les recensements de telle ou telle année, toujours en vain, on aura vite fait d'oublier notre logique de recherche, et ce d'autant plus si l'on fait une pause de plusieurs semaines ou mois dans cette recherche-là. L'absence de résultat là on l'en attendait un est un résultat en soi. Savoir qu'on a déjà cherché l'information à tel endroit évitera donc de la rechercher au même endroit une deuxième fois : autant s'éviter la peine de parcourir à nouveau 152 pages d'un premier registre puis de déchiffrer les 33 pages d'un autre registre, en vain, quand on l'a déjà fait une première fois trois mois auparavant !

Dès qu'une recherche semble prendre une voie un peu complexe, on peut donc créer un tableau de suivi, qui peut par exemple se présenter de la façon suivante.

Date de la recherche Objet de la recherche Source consultée Résultat Nouvelle piste, conclusion
16/06/2014 Mariage de Jean Durand et Marie Martin, entre 1849 et 1855, à Saint-Hilaire TD Saint-Hilaire 1843 à 1852 pas de Durand x Martin
16/06/2014 Mariage de Jean Durand et Marie Martin, entre 1849 et 1855, à Saint-Hilaire TD Saint-Hilaire 1853 à 1862 pas de Durand x Martin Le mariage a pu avoir lieu à Saint-Marran
16/06/2014 Mariage de Jean Durand et Marie Martin, entre 1849 et 1855, à Saint-Marran TD Saint-Marran 1843 à 1852 Jacques Durand x Marie-Elisabeth Martin, le 23/09/1851 Vérifier l'acte sur le registre
16/06/2014 Mariage de Jacques Durand x Marie-Elisabeth Martin (pour Jean Durand et Marie Martin ?), le 23/09/1851, à Saint-Marran Registre mariages Saint-Marran 1851 Jacques Durand s'appelle en fait Jean (Jacques est son père), c'est une erreur de la mention marginale De nombreuses informations montrent que Jean et Marie-Elisabeth sont bien les ancêtres cherchés, cet acte est bien celui qu'on cherchait

On pourra développer (mais pas trop) les colonnes pour être à la fois exhaustif et synthétique, ou même tenir, comme l'explique Sophie Boudarel, un journal de bord complet.

Noter tout ce qu'on trouve tombe presque sous le sens. Noter tout ce qu'on cherche doit l'être aussi. C'est parfois un peu fastidieux, mais c'est d'une grande utilité pour éviter de se perdre et de perdre son temps.


Retrouvez tous mes billets du challenge AZ 2014.

Article écrit par Chantal, le 16 juin 2014

Blog Comments Powered by Disqus

Article suivant Article Précédent