scribavita

il était une fois mon blog de généalogie

Suite du généathème d’octobre et de mon article présentant en 100 mots la vie de la grand-mère maternelle de mon grand-père maternel : je vais vous parler d'Anne-Marie dite Justine Guignier, l'une de mes ancêtres originaire de Province montée à Paris à la fin du XIXème siècle.

Continuer la lecture...

Pour ce généathème d’octobre qui nous lance le défi de parler en 100 mots de l’un de nos ancêtres, voici quelques paroles (100 mots exactement, donc !), de la grand-mère maternelle de mon grand-père maternel, née en 1858. Un prochain billet vous racontera sa vie avec plus de détails. Le lecteur attentif comprendra alors l'étrangeté de certains mots de ce premier billet...

Continuer la lecture...

... la vie de ses ancêtres

Au cours de nos recherches, de nombreuses sources nous permettent de nous ouvrir sur la vie de nos ancêtres. Le temps est donc venu de raconter leur histoire. Comme nous l'avons vu précédemment, plusieurs supports permettent de partager le fruit de ses recherches ave...

Continuer la lecture...

Pour le généathème du mois de mai, il nous est proposé de raconter le parcours d'un membre de notre famille pendant la seconde guerre mondiale. Je vais évoquer la vie de mon grand-père qui fut prisonnier de guerre pendant un an et demi au Stalag VI A à Hemer en Allemagne, à partir de 1940.

Continuer la lecture...

Un individu, trois versions pour raconter une vie

Je rebondis sur le très intéressant article d'Elise au sujet des Invisibles et la façon dont on peut en parler, malgré nos connaissances limitées sur leurs évènements de vie ou malgré leur vie qui ne serait a priori pas "extra-ordinaire" (au sens littéral du terme). On peut en effet s'appuyer sur plusieurs "outils" pour rédiger quelque chose de consistant et rendre ces Invisibles plus vivants à partir de presque rien : contextualiser les situations, donner quelques informations historiques, romancer l'histoire, ... Bien évidemment, tout cela nécessite un certain travail de recherches et d'écriture !

Je vous propose ci-dessous trois versions pour un même individu. Chacune s'appuie exclusivement sur les données les plus basiques de l'Etat civil : dates et lieux de naissance, de mariage et de décès de l'individu et de sa famille (conjoints et enfants), et ponctuellement, la profession. Même si l'Etat civil a pu révéler des évènements un peu particuliers et bien que je possède d'autres sources d'informations qui auraient pu enrichir l'histoire, je me suis volontairement limitée aux données basiques pour répondre à la problématique soulevée par Elise.

Continuer la lecture...